"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

mardi, 12 avril 2016

9/11 : 28 pages d’enquête jamais publiées impliquent l’Arabie Saoudite


Bob Graham – 60 minutes


Bob Graham a lâché une bombe sur les adorateurs des théories du complot de 9/11 dans 60 Minutes, l’émission d’enquête de CBS.

« Que 19 personnes, dont la plupart ne parlent pas anglais, la plupart n’étaient jamais venus aux Etats Unis, la plupart n’ayant même pas suivi d’études supérieures, aient pu mener à bien une opération si complexe sans aucune assistance à l’intérieur des Etats Unis est une chose très improbable », explique Bob Graham.

Son commentaire fait référence au dernier chapitre de l’enquête sur les attentats de 9/11, 28 pages de documents que le Congrès américain a décidé de ne pas inclure dans le rapport d’enquête final.

Ces 28 pages classées top secret n’ont été vues que par une poignée de personnes, dont Bob Graham, qui aujourd’hui réclame à grand bruit que l’administration Obama les publie.

Elles contiendraient des preuves du soutien de l’Arabie Saoudite aux terroristes quand ils se trouvaient sur le sol américain, et impliquent des membres du gouvernement saoudien, voire plus haut du coté de la famille royale.

Bob Graham affirme que les jihadistes de 9/11 ont été sérieusement aidés par le gouvernement saoudien, par des organisations caritatives appartenant à la famille royale Saoud et protégées de toute enquête par l’immunité diplomatique ainsi que par des riches saoudiens basés aux Etats Unis.

60 minutes : quand vous dites « les Saoudiens » sont impiqués, vous voulez dire le gouvernement, des gens riches aux Etats Unis, des ONG ?

Bob Kerrey, membre de la commission d’enquête : « Tout ça. Vous ne pouvez pas financer les terroristes et dire ensuite que vous n’avez rien à voir avec ce qu’ils ont fait.

D’une manière générale, la commission d’enquête de 9/11 n’a pas reçu tous les petits détails de la préparation des attentats. Nous n’avions pas le temps, n’avions pas les ressources. Et nous n’avons absolument pas pu approfondir notre enquête concernant l’Arabie Saoudite. »

Le sénateur Bob Graham a été membre de la Commission du renseignement du Sénat pendant 10 ans, et à ce titre a été président de la commission qui a enquêté sur 9/11 et la guerre en Irak, qu’il a désapprouvée. Il a eu connaissance de ces 28 pages.

 

l’Arabie Saoudite a financé les attentats du 11 septembre

Bien qu’il est toujours sous serment et qu’il ne peut pas divulguer des informations classées top secret, il a déclaré à Megan Kelly, sur Fox News, que parmi les choses qu’il est autorisé à dire, il peut affirmer que l’Arabie Saoudite a financé les attentats du 11 septembre.

Bob Graham explique qu’il comprend pourquoi sous Bush ces documents compromettant n’ont pas été publiés, car les services de renseignements de l’époque avaient besoin de ressources humaines locales, c’est à dire d’espions et d’informateurs pour recueillir des données cruciales à la sécurité du pays, et parce que les Etats Unis avaient une relation privilégiée qui remontait à trois générations avec les membres de la famille Saoud.

Bob Graham :

Les Saoudiens s’imaginent qu’ils n’ont à craindre aucune sanction à entrainer et financer les prochaines générations de terroristes

« je ne comprend pas pourquoi sous l’administration Obama, la Maison Blanche a maintenu sous embargo ces documents, alors que les preuves s’accumulent contre l’Arabie Saoudite, et pas seulement avec ces 28 pages, mais avec d’autres documents qui mettent en cause les Saoudiens pour 9/11.

Pour moi, c’est un manque de respect vis à vis du peuple américain que de ne pas leur donner une totale transparence sur ce que leur gouvernement a fait en leur nom alors que [ces documents] ne représentent plus de risque pour la sécurité nationale.

Et en fait, je pense que [ne pas publier ces documents] augmente notre vulnérabilité, car cela permet aux Saoudiens de continuer à s’imaginer qu’ils n’ont à craindre aucune sanction à entrainer et financer les prochaines générations de terroristes dans les mosquées et écoles coraniques financées par l’Arabie Saoudite. »

Ma conclusion :

Lors de la publication de leur rapport final, les membres du Sénat ont rédigé avec un talent digne des meilleurs avocats une phrase à double sens dont l’Arabie Saoudite s’est servie pour se déclarer blanchie par la commission d’enquête américaine.



En français :

« Nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou des hauts fonctionnaires saoudiens ont individuellement financé l’organisation »

le gouvernement saoudien « en tant qu’institution » : ce peut être des membres du gouvernement saoudien, mais en dehors de l’institution.

« des hauts fonctionnaires saoudiens ont individuellement financé » : ce peut être des fonctionnaires de rang inférieur. Ce peut être des hauts fonctionnaires qui n’ont pas financé individuellement mais collectivement.

Les membres de la commission sont piégés par les extrêmes précautions et tournures alembiquées de leur propos, et ils affirment que cette phrase ne blanchit absolument pas le gouvernement saoudien, bien au contraire.

Vous l’avez depuis longtemps compris, je l’ai dit et répété, j’ai du mépris pour les abrutis et les obsédés qui voient des complots partout. Je ne suis pas en train de dire qu’il n’existe pas de complot, ce serait stupide, mais qu’il existe un certain état d’esprit qui m’exaspère, celui des complotistes, car le plus souvent, leur paranoïa cache des pensées bien peu avouables et qu’ils n’avouent pas.

Ceux qui nourrissent les thèses les plus extravagantes sur la réalité, les causes, les auteurs des attentats du 11 septembre doivent retenir leur souffle.

Si le contenu de ces 28 pages ne colle pas avec leur « réalité » à eux, comptez sur eux pour vous démontrer que ce sont des faux documents destinés à enfouir encore plus profond la vérité.

Comme l’explique souvent Pierre-André Taguieff, ces demeurés vous expliqueront que si ces pages sont maintenant rendues publiques, c’est précisément la preuve que le complot existe ! Car après tout, si ces pages sont un jour publiées, n’est-ce pas la preuve éclatante que cela cache quelque chose d’autre ?! Ca n’a pas de fin !

Le mot de la fin, je le laisse à John Lehman, également membre de la commission d’enquête sur 9/11 et secrétaire de la Marine américaine :

« Ces 28 pages ne seront pas la preuve irréfutable qui va créer une immense vague de fureur. Mais elles permettront au peuple américain de comprendre pourquoi ces gens se répandent partout dans le monde et vont vers le jihad. »

© Jean-Patrick Grumberg