lundi, 12 mars 2012

ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE AUX ETATS-UNIS Les dernières pièces du puzzle en place pour le procès

.
Les cinq accusés du 11-Septembre, baptisés les « Gitmo 5 » car incarcérés dans la prison de Guantanamo à Cuba, seront jugés devant un tribunal militaire d’exception créé par George W. Bush puis réformé sous Barack Obama.

Neuf ans après son arrestation au Pakistan, le cerveau autoproclamé des attentats du 11-Septembr, Khaled Sheikh Mohammed, doit être bientôt traduit en justice, alors que les dernières pièces du puzzle semblent en place pour ouvrir le très attendu « procès du siècle ».

Après des années de tergiversations, une étape significative a été franchie la semaine dernière quand un ancien acolyte de Khaled Sheikh Mohammed a passé un accord avec le gouvernement pour témoigner contre celui qui revendique la paternité des attentats les plus meurtriers de l’Histoire. Plus de dix ans après les attaques de 2001 qui ont fait près de 3.000 morts aux Etats-Unis, le Koweïtien de 46 ans, communément appelé KSM, reste l’ultime figure à abattre dans la traque menée par deux administrations successives.

Barack Obama « peut s’enorgueillir d’avoir fait abattre Ben Laden et Al-Aulaqi, donc démolir KSM formerait un triplé gagnant, » a déclaré à l’AFP l’ex-chef des procureurs militaires, le colonel Morris Davis. Le président démocrate voulait juger le cerveau des attentats et ses quatre co-accusés à Manhattan, à deux pas de Ground Zero où s’élevaient autrefois les tours jumelles. Mais il en a été empêché par les républicains du Congrès qui ont bloqué le transfert sur le territoire américain des suspects de terrorisme. Les cinq accusés du 11-Septembre, baptisés les « Gitmo 5 » car incarcérés dans la prison de Guantanamo à Cuba, seront donc jugés devant un tribunal militaire d’exception créé par George W. Bush puis réformé sous Barack Obama. KSM mais aussi le Saoudien Wallid ben Attash, le Yéménite Ramzi ben al-Shaiba, le Pakistanais Ali Abd al-Aziz Ali, alias Ammar al-Baluchi, et le Saoudien Mustafa Ahmed al-Hawsawi, encourent la peine de mort. Sur l’acte d’accusation, figurent 2976 chefs d’inculpation de meurtre, autant que le nombre de victimes pour lesquelles sont poursuivis les cinq organisateurs présumés. « Arrêtons de prendre des gants et laissons tomber le terme +présumé+, KSM a avoué plusieurs fois », a fustigé Michael Mukasey, l’ancien ministre de la Justice de George W. Bush.

Les premiers aveux du Koweïtien, capturé le 1er mars 2003, ont été recueillis sous la torture, quand il a subi 183 simulations de noyade dans une prison secrète de la CIA. Mais « aucune déclaration obtenue sous la contrainte ne peut être utilisée » devant une commission militaire, a déclaré le chef des procureurs, le général Mark Martins. Si KSM a depuis réitéré ses aveux, l’accusation avait besoin de déclarations obtenues légalement. C’est chose faite avec le témoignage attendu de Majid Khan, le Pakistanais qui a plaidé coupable à Guantanamo de tentatives d’attentats fomentés sous les ordres de KSM, et accepté de coopérer en échange d’une réduction de peine. « Si Khan apporte des informations sur KSM (…) cela va sans aucun doute mettre un coup d’accélérateur aux procédures,» a dit à Karen Greenberg, spécialiste des questions de sécurité à la Fordham Law School. KSM va pouvoir être formellement accusé devant un juge de Guantanamo, une étape imminente, selon les observateurs. Désormais, l’Autorité supérieure des tribunaux militaires « a tout ce dont elle a besoin pour prendre une décision », a ajouté le procureur Martins.

Un des « Gitmo 5 », Ammar al-Baluchi, a demandé que la peine de mort lui soit épargnée et « s’ils plaident coupables, le Congrès a rendu possible leur exécution », a indiqué Adam Thurschwell, avocat spécialiste de la peine capitale qui participe à l’équipe de défense. Mais « tout dépend » de l’Autorité militaire qui n’a « pas de date-butoir », a ajouté James Connell, l’avocat d’Al-Baluchi.

L’ExpressionDZ.com