jeudi, 23 février 2012

De nouvelles informations montrent que la moitié des pilotes ont été affectés aux vols du 11-Septembre au dernier moment


Un Boeing 757 d’American Airlines






Thomas McGuinness (ci-dessus), le copilote du vol American Airlines 11 qui allait devenir le premier avion détourné dans les attentats du 11-Septembre, s’est inscrit sur la liste l’assignant à ce vol l’après-midi précédant le 11 septembre 2001. Il remplaçait ainsi le copilote prévu à l’origine, ce dernier s’était lui-même inscrit sur le vol moins d’une demi-heure plus tôt. Cette nouvelle information fait que, curieusement, la moitié des pilotes et copilotes prévus initialement sur les quatre avions impliqués dans les attentats ont été affectés à ces vols à la dernière minute, juste avant les attentats du 11-Septembre [puisque ce fait était déjà connu pour d'autres pilotes, voir la suite de l'article - NdT]. En outre, on sait également que plus de la moitié des membres d’équipage et la plupart des passagers n’avaient pas, à l’origine, réservé leur place sur ces vols-là. Les détails de l’affectation tardive de McGuinness sur le Vol 11 ont été révélés récemment par Steve Scheibner (ci-dessous), qui devait, à l’origine, en être le copilote. Dans un court-métrage diffusé sur Internet juste avant le 10e anniversaire du 11-Septembre, Scheibner a expliqué comment McGuinness l’avait remplacé sur le vol 11, lui sauvant ainsi la vie.

AUCUN PILOTE N’ÉTAIT AFFECTÉ AU VOL 11




Au moment des attentats du 11-Septembre, Steve Scheibner était un pasteur baptiste fondamentaliste et un commandant dans la Réserve navale, mais il travaillait également à temps partiel comme pilote de ligne "sur demande" pour American Airlines. Il était disponible pour voler le 11-Septembre. « Donc, à environ trois heures de l’après-midi le 10 septembre, » se rappelle Scheibner, « je me suis assis devant mon ordinateur et je me suis connecté comme d’habitude pour voir s’il y avait un vol non affecté pour le lendemain. Et bien sûr, il y avait un vol disponible le 11-Septembre. American Airlines 11, à l’aéroport Logan de Boston, direction Los Angeles. » Scheibner constata qu’« il n’y avait pas encore de pilote affecté. » Scheibner vérifia s’il y avait des pilotes de réserve disponibles pour prendre ce vol. Mais, a-t-il dit, « il se trouve [que] le 11 septembre 2001, il y avait un seul pilote disponible pour aller voler ce jour-là, et c’était moi. » Il a donc inscrit son nom pour le vol 11. Il dit à sa femme qu’il volerait le lendemain et a préparé ses valises pour le voyage. Une fois qu’un pilote s’inscrit pour un vol, comme l’a fait Scheibner, il s’ensuit une "fenêtre d’opportunité" de 30 minutes au cours de laquelle, si un autre pilote désire prendre sa place, il lui est possible de le faire. Mais Scheibner explique que le choix du pilote est définitif lorsque quelqu’un d’American Airlines appelle à la fin de cette période de 30 minutes, et dit : « On vous confirme que vous avez été désigné pour ce vol. » Et Scheibner continue : « Une fois que vous avez cette confirmation téléphonique,…même si un autre pilote le désire, il ne peut plus vous remplacer. » Mais le 10 septembre, se rappelle Scheibner, « j’ai attendu l’appel téléphonique et le téléphone n’a jamais sonné. » Plus tard, lors de la soirée, Scheibner a conclu : « Ils ne m’ont jamais attribué ce vol. »

LE COPILOTE INITIAL REMPLACÉ SUR LE VOL 11 

Ce qui s’est passé, selon Scheibner, c’est que, dans les minutes qui ont suivi son inscription sur le vol 11, Thomas McGuinness l’en a écarté. McGuinness était l’un des pilotes de ligne permanents d’ American Airlines et avait « un peu plus d’ancienneté » que Scheibner. Ce dernier a déclaré qu’à son insu, « vers trois heures de l’après-midi, le 10 septembre [McGuinness] s’était connecté à l’ordinateur, et avait vu que la session du vol 11 était ouverte, mais que mon nom était inscrit. » Comme McGuinness était « dans cette fenêtre de 30 minutes, il a appelé American Airlines et a demandé : "Puis-je prendre ce vol ? Autement dit, est-ce que je peux prendre la place de Scheibner sur ce vol ?" Et American Airlines a alors répondu : "Oui, vous pouvez, mais il faut nous le confirmer dans les 20 prochaines minutes, ou bien nous allons finaliser la session." » Ayant décidé de prendre le vol, McGuinness a appelé de nouveau la compagnie aérienne et dit, « OK, je prends ce vol. » À ce moment-là, dit Scheibner, « American Airlines a effacé mon nom pour ce voyage et a mis celui de Tom [McGuinness]. » En conséquence, McGuinness était le copilote du vol 11 quand il a décollé de Boston le lendemain matin, et il a perdu la vie dans des attaques du 11/9, tandis que celle de Scheibner a été épargnée. Pour un pilote, prendre la place d’un autre pilote, comme McGuinness l’a fait, est un événement rare. Scheibner a récemment fait remarquer : « En 20 ans à American Airlines je peux compter en tout, trois cas où j’ai été écarté d’un voyage la veille du départ. » Le 11-Septembre, bien que Scheibner ait été au courant des attentats terroristes, il n’a pas compris immédiatement que l’un des avions qui s’étaient écrasés sur le World Trade Center était celui sur lequel il avait tenté de s’inscrire la veille. Il ne l’a compris que le soir. Comme « je me demandais qui était sur ce vol, » explique-t-il, il s’est connecté par ordinateur à American Airlines. Il se rappelle : « Je me suis connecté, et quand l’écran s’est allumé, il était exactement comme la veille avec ce vol et mon nom inscrit. Sauf que cette fois, mon nom n’était plus là, et il y avait ces trois mots: "… Séquence. Échec. Continuité." (Sequence. Failed. Continuity). » Ces mots sont le code que la compagnie aérienne utilise pour dire que "le vol n’a pas atteint sa destination". »

TROIS AUTRES PILOTES DU 11 SEPTEMBRE ONT REMPLACÉ LES PILOTES INITIAUX À LA DERNIÈRE MINUTE

 L’étonnant compte-rendu de Scheibner ne constitue pas un cas unique. On sait que plusieurs autres pilotes ont évité de justesse d’être victimes des attentats du 11-Septembre. Comme Thomas McGuinness, au moins trois autres des huit pilotes prévus au départ sur les quatre avions impliqués dans les attentats ont été affectés à ces vols très peu de temps avant les évènements.



John Ogonowski (ci-contre), le pilote du vol 11, n’était pas censé à l’origine être sur ce vol. Le pilote prévu était Walter Sorenson. Mais Sorenson a été remplacé par Ogonowski qui, selon l’enregistrement de Georgetown, avait plus d’ancienneté que lui, et « avait demandé à voler ce jour-là. » La vie de Sorenson a donc été épargnée grâce au changement de pilote de dernière minute. Le pilote ou le copilote du vol American Airlines 77, qui se serait écrasé sur le Pentagone, n’était pas non plus initialement prévu sur ce vol. Le New York Times a rapporté que : « Bill Cheng, un pilote d’American Airlines qui vole normalement sur le Vol 77, a changé ses plans à la fin août et a posé des vacances en septembre pour partir en camping. Lorsqu’un autre pilote s’est proposé, la demande de M. Cheng a été acceptée. » L’information ne précise pas si Cheng a été remplacé par le capitaine Charles Burlingame ou par le premier officier David Charlebois.



Et Jason Dahl, le pilote du vol United Airlines vol 93 qui s’est écrasé en Pennsylvanie, n’était pas censé à l’origine être sur ce vol. Mais il aurait voulu faire des heures supplémentaires afin de prendre des vacances pour l’anniversaire de mariage le 14 septembre. Par conséquent, « à sa demande, [sa femme] Sandy Dahl, l’a inscrit sur ce vol depuis leur ordinateur de maison. » Quelques jours après la demande, Dahl « sera le pilote du vol 93 vers San Francisco, après avoir échangé un voyage plus tard dans le mois contre celui-ci, » a écrit Jere Longman journaliste et auteur.

BEAUCOUP DE MEMBRES DU PERSONNEL DE BORD ET DE PASSAGERS N’ONT RÉSERVÉ SUR LES VOLS DU 11 SEPTEMBRE QU’À LA DERNIÈRE MINUTE

 Qui plus est, plus de la moitié du personnel de bord – 13 sur un total de 25, n’étaient pas initialement prévus sur les quatre avions ciblés, et bon nombre des passagers – dont près de la moitié de ceux du vol 93 – n’avaient pas initialement réservé sur ces vols. Ces statistiques sont basées uniquement sur les informations qui ont été communiquées au public. Il est tout à fait possible que d’autres parmi les pilotes initialement prévus sur les vols impliqués dans les attaques du 11-Septembre aient été désignés sur ces vols à la dernière minute, et aient pris la place d’un autre pilote. De même, il se pourrait que des passagers supplémentaires, des hôtesses et des stewards n’aient été désignés sur les quatre vols qu’au dernier moment, mais ce fait n’est pas encore confirmé. Une enquête plus approfondie est nécessaire pour étudier cette possibilité. Le fait que le remplacement de dernière minute par Thomas McGuinness n’ait été révélé qu’en août 2011 montre que de nouvelles informations importantes au sujet du 11-Septembre peuvent surgir, même aujourd’hui, plus de 10 ans après les attentats. Mais quelle sens donner à cette découverte bizarre et inexplicable, que les membres d’équipage et les passagers tant sur les vols 11, 175, 77, et 93, le 11-Septembre n’étaient pas censés, à l’origine, être sur ces vols? Une nouvelle enquête, exhaustive, sur le 11-Septembre doit impérativement examiner cette question. Le compte-rendu officiel sur le 11-Septembre n’explique pas ces faits étranges. Les réponses que les enquêteurs pourraient obtenir sont susceptibles de modifier notre compréhension sur ce qui s’est exactement passé lors des attentats terroristes.

Shoestring