lundi, 7 juin 2010

De Monica Lewinsky aux attentats du 11 septembre 2001

.
La scandaleuse réticence de l’administration Bush à nommer une commission d’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 se mesure à la fois au temps incroyable qu’il a mis à accepter sa mise en place, au montant dérisoire qu’il lui a alloué, au parti-pris des personnalités qu’il a nommées à sa tête, et aux conclusions affligeantes du rapport qui en est sorti – ses présidents Kean et Hamilton reconnaitront eux-mêmes que cette Commission était "vouée à l’échec". Mais c’est en comparant avec, par exemple, l’affaire "Monica Lewinski - Bill Clinton" qu’on mesure mieux toute l’absurdité de la situation. En effet, cette histoire de fellation présidentielle fut un exemple d’engagement de la justice américaine et des médias pour faire toute la vérité ! C’était, il faut le dire, sans grandes conséquences géopolitiques, sans morts, sans guerres illégales à la clef…au contraire du 11/9 qui, lui, a subi un traitement exactement opposé. Retour sur ces éléments de comparaison, dans cet article du Grand Soir.

Encore un matin, un matin pour rien, chante Jean-Jacques Goldman.

Je vous rassure, Monica Lewinsky, pas plus que Paris Hilton, ne se trouvaient dans aucun des avions impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001. Monica vit toujours et a obtenu en décembre 2006 un master en psychologie sociale à la London School of Economics.

Elle aime bien signer des autographes mais souhaiterait être connue pour d’autres faits que ceux qui l’ont rendue célèbre.

En 1998, âgée de 25 ans, Monica Lewinsky, passe de l’anonymat complet à la célébrité absolue. La Maison Blanche soigne ses stagiaires en robe bleue.Surtout son président William Bill Jefferson Clinton.

Ce dernier fut accusé de relations sexuelles avec sa jeune stagiaire entre novembre 1995 et mars 1997. Le mensonge sous serment de Bill Clinton à propos de cette relation conduisit à une procédure de mise en accusation (’impeachment’) à son encontre, procédure qui fut repoussée par le Sénat américain.

Pour la petite histoire, le procureur Kenneth Starr, avait obtenu de Monica Lewinsky une robe bleue avec des traces du sperme présidentiel mises en évidences par un colorant.

Ce procès aura duré de janvier 1998 à février 1999 (388 jours), aura coûté en tout plus de 50 millions de dollars US, et capté l’attention de tous les médias écrits et télévisuels, intarissables sur le sujet, chaque virgule, chaque soupir, chaque mimique étant analysée, disséquée…

Cette affaire aura montré les efforts que le système étatsunien est capable de déployer, l’argent qu’il peut dépenser, au travers de son procureur « indépendant » Kenneth Starr, un homme qui ne reculera devant rien, lorsqu’il recherche et veut la vérité.

Trois ans plus tard, à la fin de l’année 2002, un autre matin pour rien.

La Commission nationale sur les attaques terroristes menées contre les États-Unis le 11 septembre 2001, dite Commission du 11 septembre (en anglais National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States ou 9/11 Commission) est mise en place, plus d’un an après les faits.

Elle accouche de son rapport officiel le 22 juillet 2004, un rapport dans lequel, « on donne des réponses qui ne répondent à rien, des explications qui n’expliquent rien, et des conclusions qui ne concluent rien. »

La grande presse, elle, est très satisfaite.

Après l’affaire Monica, qui n’était finalement qu’une histoire de relations extraconjugales, sans morts ni blessés, et de parjure modeste, sur un sujet privé, tout le monde aurait pu s’attendre à une enquête pugnace, tous azimuts, impitoyable dans les attentats du 11 septembre 2001. Quelque chose qui casse la baraque, surmonte toutes les résistances avec des médias déchaînés exigeant des résultats convaincants, des conclusions solides, des explications valables sur la troisième tour (le WTC n°7) indemne de tout impact d’avion et pourtant effondrée comme les autres, sur les délits d’initiés ayant précédé les attentats, sur les relations entre les services secrets pakistanais (ISI), affiliés à la CIA, et les terroristes présumés… Une enquête où le gouvernement le plus puissant de la Terre, la « Démocratie » des démocraties, aurait dépensé sans compter pour faire toute la lumière sur cette infâme agression, peu importent le temps nécessaire, les enquêteurs à mettre sur le coup, les ordinateurs à faire tourner, nuit et jour…

Cette fois, ce sont tous les Etats-Unis qui ont été violés ! Désolé Monica, mais tu ne fais pas le poids !

Si 50 millions de dollars peuvent être dépensés pour savoir si Bill Clinton a bien fait joujou avec sa stagiaire et légèrement coloré sa jolie robe bleue, cette fois, vu l’importance du drame, le nombre de morts, la terreur répandue sur le sol étatsunien lui-même, cela mérite bien 500 millions de dollars et des centaines de Kenneth Starr, de procureurs survitaminés, gonflés à bloc et accrédités pour fouiller tous les bureaux, mêmes ovales, interroger tous les gouvernements, même « alliés », Israël, Arabie Saoudite, Pakistan…

Et bien non. C’est incompréhensible. Emballé, pesé dès le lendemain du drame, et sans utiliser de procureur « indépendant », en plus ! Un barbu milliardaire terré au fond d’une grotte, le fléau des Soviétiques. Des pirates de l’air suicidés dont certains sont retrouvés vivants plus tard dans leur pays. Des talibans, pourtant encore amis des USA en août 2001, qui auraient rendu tout ça possible.

C’est affreux.

Tout cela trouvé en quelques jours, quelques semaines, et sans Kenneth Starr. C’est grandiose. Pas d’autres explications, d’autres investigations nécessaires.

Si le procès Lewinsky-Clinton a duré 388 jours, tenant en haleine tous les médias du pays et d’ailleurs, pour l’enquête sur le 11 septembre, c’est attendre 441 jours qu’il aura fallu pour sa mise en place. 441 jours d’insistance et d’obstination de la part des familles des victimes et d’associations (9-11 Family Steering Committee et 9/11 CitizensWatch), car sans leur courage et leur obstination, George W Bush n’en aurait fait aucune.

Et même pas de Kenneth Starr ou autre procureur « indépendant » nommé à la tête de cette commission, juste Henry Kissinger le premier choix de Doubleyou, remplacé par Philip D. Zelikow, l’avocat républicain dépendant très proche des néoconservateurs et de Condoleezza Rice.

Budget alloué ? Trois millions de dollars. Non, ne changez pas de lunettes. Moins d’un dixième de celui attribué à une histoire de fellations.

Quelle société évoluée que celle dans laquelle des attentats à la pudeur importent dix fois plus que des attentats à la vie et à la liberté.

Finalement, tel un misérable geste de bonne volonté, l’administration Bush releva ce budget à hauteur de 14 millions de dollars, pour accoucher d’un rapport qui ne répond à rien, n’explique rien, et ne conclue rien, sans que cela ne dérange aucun des grands médias occidentaux qui se proclament pourtant les chantres de l’information libre et honnête.

Comme beaucoup de gens, je n’ai que faire de l’affaire Monica Lewinski. Tout au plus concerne-t-elle la « pauvre » Hillary. Quant au chef d’inculpation de parjure, absolument tous les présidents des Etats-Unis, depuis longtemps, pourraient en être accusés, rien qu’au moment où ils jurent de protéger leur constitution, notamment son premier amendement.

Cette comparaison montre avec certitude que les Etats-Unis d’Amérique, la nation la plus puissante et la plus orgueilleuse de la Terre, son gouvernement, son Sénat, son Congrès, ses médias n’ont jamais voulu, et ne veulent toujours pas, sur le plus terrible traumatisme de toute leur histoire, faire la plus petite enquête, la moindre des investigations, une enquête au moins aussi pugnace que celle qu’ils ont jugé nécessaire de mener pour savoir si Bill avait bien taché la robe de Monica.

Cette décision, aux conséquences terrifiantes et encore incalculables aujourd’hui, est insupportable et incompréhensible.


De Pascal Sacré, pour Le grand Soir, paru le 6 juin 2010


P.S. : Récemment, toutes les agences de presse signalaient que pour ceux qui en rêvaient, il était possible de passer une journée en compagnie de Bill Clinton :

« Cinq dollars ne mènent pas très loin aujourd’hui en Amérique. Mais, pour les plus chanceux, c’est tout ce qu’il faudra pour passer une journée à New York en compagnie de Bill Clinton. L’ancien président des États-Unis, reconverti avec succès dans l’action humanitaire, s’offre à la tombola pour éponger les dettes d’Hillary accumulées pendant sa campagne présidentielle de 2008 contre Barack Obama. « Aimeriez-vous avoir la chance de venir passer une journée à New York avec moi ? » écrit l’ancien président américain dans un courriel aux anciens partisans de son épouse, aujourd’hui secrétaire d’État. »

Je conseillerai juste à la femme qui gagnerait de ne pas mettre de robe bleue.

Pascal Sacré