"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

vendredi, 30 octobre 2015

Libération par les autorités américaines du dernier prisonnier britannique du camp de Guantanamo


Il reste quelque 110 détenus, soupçonnés de terrorisme, au camp de Guantanamo.

Le dernier résident britannique détenu à Guantanamo a été libéré par les autorités américaines après plus de treize ans de détention. Il est en route pour le Royaume-Uni, a annoncé vendredi le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond.

Les autorités américaines avaient annoncé il y a un mois la libération prochaine de Shaker Aamer, 46 ans, après plus de treize ans de détention sans inculpation. Né en Arabie saoudite et marié à une Britannique établie à Londres avec leurs quatre enfants, il est résident britannique depuis 1996.

«Nous devons nous souvenir à quel point cette affaire a été une terrible parodie de justice», a commenté Kate Allen, directrice d'Amnesty International pour le Royaume-Uni. «M. Aamer aura besoin de temps pour se réadapter à sa liberté», a-t-elle ajouté.

Après ce transfert, il reste quelque 110 détenus à Guantanamo. Ces hommes sont soupçonnés de terrorisme. Ce centre de détention militaire a été ouvert sur l'île de Cuba il y a plus de quatorze ans pour y enfermer notamment les suspects des attentats du 11 septembre 2001.

La fermeture de la prison était une des promesses de campagne du président américain Barack Obama. Il lui reste un peu plus d'un an pour tenir cet engagement.

L'administration américaine prévoit de libérer certains détenus sur lesquels elle peut obtenir des garanties de sécurité. Mais d'autres, environ la moitié, resteront enfermés «indéfiniment», avait souligné en septembre le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter. L'administration américaine essaie de trouver un lieu de détention sur le territoire des Etats-Unis pour ces détenus.

ATS