"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

mercredi, 8 avril 2015

Aux USA, la surveillance de masse a commencé 10 ans avant le 11 Septembre


Michelle Leonhart dirige la DEA, l'agence de lutte contre le trafic de drogue à l'origine du programme de surveillance. Crédits photo : Manuel Balce Ceneta/ASSOCIATED PRESS



Une enquête du quotidien USA Today livre les détails d'un programme de surveillance de masse lancé en 1992 visant les citoyens américains et les ressortissants de 116 pays liés au trafic de drogue.

George Bush n'est pas le premier de sa famille à autoriser un programme de surveillance de masse. Son père, George H. W. Bush, président des États-Unis entre 1989 et 1993, a lancé le sien en 1992. Presque dix ans avant les attentats du 11 septembre 2011, le Patriot Act, et l'extension des pouvoirs de la NSA. Le quotidien américain USA Today dévoile l'ampleur de ce programme, baptisé USTO, arrêté en 2013 après les révélations d'Edward Snowden sur les pratiques de la NSA.

À l'époque, l'ennemi n'est pas le terrorisme, mais la drogue, principalement en provenance d'Amérique du Sud. Et l'agence américaine ne s'appelle pas NSA, mais DEA, pour Drug Enforcment Administration, la police fédérale qui lutte contre le trafic de drogue. «La DEA débute un programme de collecte de données dans les années 1980, alors que l'État cherche de nouvelles manières de lutter contre les cartels colombiens», explique USA Today. L'agence commence à s'intéresser aux communications de ces groupes en récupérant les données des appels (numéro composé, date, durée...), personne par personne.

La DEA peut récupérer tous les appels vers un pays ciblé

Aidée par le Pentagone, qui lui fournit ses «superordinateurs» et son expertise acquise en espionnant les communications des Soviétiques, la DEA possède «une énorme collection de données pour cartographier le trafic de drogue et le blanchiment d'argent, aux États-Unis comme à l'étranger», raconte le quotidien.

En 1992, le procureur général (l'équivalent du ministre de la Justice) autorise la DEA à élargir drastiquement le périmètre de sa collecte de données. «Au lieu simplement de demander aux opérateurs téléphoniques les registres des appels passés par des personnes suspectées de trafic de drogue, le département de la Justice leur ordonne de livrer les listes de tous les appels depuis les États-Unis vers des pays où l'État estimait que des trafiquants de drogue opéraient». Le premier programme de surveillance de masse américain est né. Les agents de la DEA le surnommeront USTO, pour «US to other countries», un jeu de mot en rapport avec l'espionnage d'appels depuis les États-Unis vers l'étranger.

L'ampleur d'USTO s'étend à la fin des années 1990, lorsque le département de la Justice simplifie les conditions pour espionner les appels passés vers un pays étranger, relate encore USA Today. Un pays est ajouté à la liste si on y trouve «des groupes qui produisent ou font du trafic de drogue ou sont impliqués dans du blanchiment d'argent ou d'autres crimes liés à la drogue.» Une définition tellement large qu'elle pourrait s'appliquer à presque tous les pays du monde.

Résultat: jusqu'à 116 pays ont été concernés à un moment ou un autre par USTO. La liste exhaustive des pays n'a pas été révélée, les seuls cités nommément sont l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran, l'Italie, le Mexique et le Canada. Plusieurs pays européens auraient également été visés.

USTO aurait servi de base aux opérations de surveillance de masse de la NSA, mais a été arrêté en 2013 après les révélations d'Edward Snowden, car il semblait difficile de défendre ces deux programmes à la fois auprès du public.

Jamal El Hassani