"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

jeudi, 15 mai 2014

New York inaugure son musée du 11 Septembre


Le musée, construit sur le lieu même des attentats de 2001, est une sorte de crypte géante où un hommage est rendu à chacun des 2 983 tués. 

Barack Obama inaugure le musée du 11 Septembre, le 15 mai 2014. © JOHN ANGELILLO / AFP 



Avec force larmes et discours, New York inaugure jeudi en présence du président Obama son musée du 11 Septembre, douloureux souvenir d'une journée que l'Amérique n'a jamais oubliée. Autour du président Obama seront réunis des centaines de familles de victimes, de survivants, de membres des équipes de secours de l'époque et des personnalités locales, dont l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, en tant que président du Memorial et du musée, l'ancien maire en fonction lors des attentats Rudy Giuliani, le gouverneur de New York Andrew Cuomo et celui du New Jersey Chris Christie.

Le musée souterrain, sorte de crypte géante construite sur le site même des attentats du 11 septembre 2001, sera ensuite ouvert 24 heures sur 24 pour six jours aux seules familles, riverains et équipes de secours de l'époque, avant son ouverture au public le 21 mai. La visite est une plongée forte en émotions, jusque dans les entrailles du World Trade Center (WTC). Des milliers de souvenirs de la journée du 11 Septembre y sont exposés, d'une paire de chaussures portant toujours des traces de sang séché à un camion de pompiers à l'échelle complètement déformée.

Enregistrements sonores

Un hommage y est rendu à chacun des 2 983 hommes, femmes et enfants tués lors des attentats du 11 septembre 2001 et lors d'un premier attentat visant le WTC, le 26 février 1993 (six morts). De nombreux enregistrements sonores, dont des messages laissés sur répondeur par les New-Yorkais prisonniers des tours en feu, sont bouleversants. L'inauguration du musée, dont l'entrée coûtera 24 dollars, répond à un "engagement, celui qu'une importante part de l'histoire américaine ne soit jamais oubliée", a déclaré jeudi son P-DG Joe Daniels. "L'histoire préservée dans le musée est celle d'une tragédie, mais sa plus grande leçon se trouve dans le courage et la compassion qui y ont répondu", a-t-il ajouté.


Autour de Barack Obama et des familles de survivants, New York a inauguré hier son Musée du 11-Septembre. Le président américain a qualifié l’établissement de «lieu sacré de guérison et d’espoir».

Plusieurs milliers de familles de victimes, de survivants, de membres des équipes de secours de l’époque, Bill Clinton et son épouse Hillary, Michelle Obama et des personnalités locales s’étaient pour l’occasion réunis dans l’impressionnant «Foundation Hall» du musée souterrain, construit à la base même des tours du World Trade Center à Manhattan.

«Ceux que nous avons perdus vivent en nous, la nation les honorera, maintenant et pour toujours», a déclaré le président Obama. «Rien ne peut nous briser, rien ne peut changer qui nous sommes, les Américains», a-t-il ajouté, rendant hommage au «vrai esprit du 11-Septembre»: «L’amour, la compassion et le sacrifice.»

Ce musée sera «un marqueur sacré de notre passé», à la façon de Gettysburg (principal tournant de la guerre de Sécession en 1863), Pearl Harbour et le mémorial du Vietnam, a pour sa part souligné l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, également président du musée et du Mémorial du 11-Septembre.

Entre les intervenants officiels, plusieurs familles de victimes, parfois émues aux larmes, ont évoqué leur souvenir, une rescapée des tours a raconté son expérience, un pompier a raconté la solidarité qui s’était organisée après le drame.

Le musée, a couté 700 millions de dollars (622 millions de francs).