"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

jeudi, 6 juin 2013

Les appels téléphoniques présumés de Todd Beamer depuis le Vol UA93


On peut dire que la Commission sur le 11/9, au travers de son rapport sur les attentats, et aussi l’industrie hollywoodienne, ont tout fait pour que chacun se souvienne à jamais de ces héros du 11/9, les passagers du vol UA93 qui se seraient révoltés contre les pirates de l’air, après que l’un d’eux, un certain Todd Beamer, ait lancé la célèbre phrase « Let’s Roll ! », « On y va ! »  en français, et se seraient sacrifiés pour faire échouer les plans des terroristes en faisant s’écraser l’avion. L’introduction du film « Let’s roll – The Story of Flight 93 précise bien qu’il s’agit d’une « reconstruction basée sur les données du contrôle aérien et les enregistrements téléphoniques des passagers à bord du Vol UA 93 le 11 septembre 2001 ». De quoi graver la légende dans le marbre ! Pourtant, à y regarder de plus près – c’est ce que fait ce Point du Consensus911.org-, on s’aperçoit que cette histoire est très louche : en effet, la ligne téléphonique d’où appelait Todd Beamer – qui aurait utilisé un téléphone de siège – est restée ouverte encore 15 minutes après le crash de l’avion, selon l’opératrice téléphonique qui a reçu cet appel. De plus, le téléphone mobile de Todd Beamer a émis encore 19 appels après le crash de l’avion.

Grâce au remarquable travail de l’équipe du 9/11 Consensus Panel, l’histoire du « Let’s Roll ! » semble plus que jamais avoir du plomb dans l’aile, tout comme celle des autres appels téléphoniques soi-disant émis depuis les avions du 11/9.

Todd Beamer avait 32 ans en septembre 2001



Les appels téléphoniques présumés de Todd Beamer depuis le Vol UA93

La Version Officielle

Todd Beamer était l’un de ces passagers du vol United Airlines 93 (UA 93) qui empêchèrent les pirates de l’air de précipiter l’avion contre sa cible à Washington D.C. Il devint le plus fameux de ces passagers héroïques pour avoir prononcé la phrase « Vous êtes prêts les gars ? Alors, on y va ! »[1] ["Let’s roll!" en anglais – NdT] alors qu’un groupe de passagers s’apprêtait à passer à l’action.

Cet épisode fut révélé par Lisa Jefferson, agent de supervision chez GTE (Verizon), avec laquelle Todd Beamer avait eu une conversation de 13 minutes avant que l’avion ne s’écrase, conversation qui fut plus tard incluse dans le Rapport de la Commission sur le 11/9.[2]

Todd Beamer avait été mis en contact téléphonique avec Jefferson du fait qu’après avoir essayé d’appeler sa femme avec sa carte de crédit, son appel avait été redirigé vers une opératrice du service client de GTE dénommée Phyllis Johnson, laquelle avait ensuite transmis l’appel à Jefferson. Beamer a continué de discuter avec Jefferson plutôt que de demander à parler à sa femme, expliquant que celle-ci était enceinte et qu’il ne voulait pas la contrarier.[3]

Les relevés des appels téléphoniques montrent que Beamer a tenté de passer 4 appels, et que seul le quatrième a abouti. Ce dernier a duré 3925 secondes (un peu plus de 65 minutes),[4] bien que Beamer n’ait été en communication téléphonique avec les employés de GTE (Johnson et Jefferson) qu’une vingtaine de minutes en tout.[5] D’après le résumé des conversations avec Jefferson établi par le FBI, « M. Beamer a expliqué aux opératrices que l’avion avait été détourné, qu’il avait vu deux pirates de l’air armés de couteaux et que quelqu’un d’autre était entré dans le cockpit. »[6] En novembre 2001, le président Bush a utilisé l’expression « Let’s roll ! » lors d’un discours appelant l’Amérique à entrer en guerre contre les terroristes.[7] En 2002, le Washington Post écrivait : « Adopté par le président Bush comme un cri patriotique et guerrier, » l’expression « Let’s roll » fut également « affichée sur les avions de l’US Air Force, les camions de pompier, les maillots des équipes scolaires d’athlétisme, et un nombre incalculable de T-shirts, casquettes de base-ball et bibelots-souvenirs. » [8]


Les éléments les plus probants contre cette version officielle

Il existe huit raisons de douter de l’authenticité de l’appel téléphonique supposé entre Lisa Jefferson et l’homme qui s’est présenté comme Todd Beamer :

1. Il est fort peu probable qu’un passager du vol UA93 ait pu parler pendant 13 minutes avec Jefferson.[9] D’après le livre de Lisa Beamer sorti en 2002, Jefferson fut elle-même surprise, et avoua que « c’était un vrai miracle que Todd n’ait pas été déconnecté. » La raison pour laquelle Jefferson considère cela comme un miracle est que « vue l’énorme quantité d’appels passés ce jour-là, les systèmes de GTE étaient complètement surchargés et les lignes n’arrêtaient pas d’être déconnectées autour d’elles… Elle ne cessait de se dire : "cet appel va forcément être interrompu !"[10] »


Lisa Beamer dédicace son livre
Let’s Roll!: Ordinary People, Extraordinary Courage



2. L’homme qui s’est présenté comme Todd Beamer a discuté avec les opératrices de GTE Johnson et Jefferson pendant environ 15 minutes, au lieu de parler directement à sa femme, Lisa Beamer. Jefferson lui a demandé « Voulez-vous que j’essaie de joindre votre femme et que je vous la passe ? » Il a répondu : « Non, non, je ne veux pas l’inquiéter sans raison. Elle attend notre 3e enfant pour janvier prochain, et je ne veux pas la contrarier avec des mauvaises nouvelles, il ne vaut mieux pas. »[11] Cette explication n’est pas cohérente avec le rapport du FBI qui stipule que Beamer a essayé de la joindre à la maison à 9 h 43 min 48 sec. [12]

Il n’est pas vraisemblable que Beamer ait décidé plus tard de ne pas joindre sa femme, et ce, pour au moins trois raisons :

D’après le récit de Jefferson, Beamer était convaincu qu’il allait mourir, et que c’était sa dernière chance de parler à sa femme.

Il n’a pas voulu qu’on lui passe sa femme, car il ne voulait pas la contrarier, bien que la nouvelle de sa mort allait le faire de toute façon.

La personne qui s’est présentée comme Todd Beamer a dit à Lisa Jefferson : « Je veux juste parler à quelqu’un et faire savoir que tout ceci est en train de se produire. »[13] Mais il n’a pas demandé à ce qu’on lui passe un de ses parents ou un de ses amis.

3. Malgré la situation dans laquelle il était plongé, le "supposé" Todd Beamer conserva un calme remarquable pendant toute la durée de l’appel : « Quand on me l’a passé, Todd était très calme… Il l’est resté pendant toute la conversation. »[14] Jefferson a également écrit que «sa voix n’affichait aucun stress. En fait, il semblait si tranquille que j’ai commencé à douter de l’authenticité et de l’urgence véritable de cet appel. »[15] Plus tard, elle raconta à la femme de Beamer : « Si je n’avais pas été certaine qu’il s’agissait d’un vrai détournement, j’aurais pensé que c’était une blague, Todd était si rationnel et méthodique sur ce qu’il était en train de faire. »[16]

4. Il n’existe aucun moyen de confirmer que l’homme qui a parlé à Phyllis Johnson et Lisa Jefferson était bien Todd Beamer
  • Aucune des deux femmes ne le connaissait, et n’était donc en mesure d’identifier sa voix.
  • Du fait que l’appelant n’a pas voulu être mis en relation avec Lisa Beamer, celle-ci n’a pas pu établir si sa voix était bien celle de son mari.
  • D’après Jefferson, elle n’a pas fait enregistrer l’appel,[17] et le Centre de Surveillance des Opérations Airfone (AOSC, pour Airfone Operations Surveillance Center) auquel Jefferson avait immédiatement communiqué l’appel ne l’a pas fait non plus.[18]
  • Il n’existe aucun interrogatoire par le FBI de Phyllis Johnson, l’opératrice du GTE supposée avoir été la première à prendre l’appel.[19]
5. Dans le rapport du FBI sur les appels téléphoniques passés depuis le vol UA 93, qui a été fourni lors du procès de Moussaoui en 2006, quatre appels sont attribués à Todd Beamer. Le premier a duré « 0 seconde » (ce qui signifie qu’il n’a pas abouti). Le deuxième, qui a lui aussi une durée de « 0 seconde », porte exactement la même heure que le premier (9 h 42 min 44). Le troisième a duré également « 0 seconde » et avait pour destination le domicile de Beamer. Le quatrième – qui est celui supposé avoir permis à Beamer de contacter l’opératrice de GTE, et qui a duré 3925 secondes (environ 65 minutes) – porte exactement la même heure que le troisième (9 h 48 min 48).[20] Et donc, deux numéros différents ont été appelés exactement à la même seconde, mais aucune explication officielle n’est venue éclairer la façon dont cela a pu se produire.

6. D’après Jefferson, le téléphone de l’homme avec lequel elle parlait est resté connecté longtemps après le crash du vol UA93. Racontant qu’il avait abandonné le téléphone après avoir crié « Let’s roll ! », elle explique dans son livre que la ligne téléphonique « est simplement devenue silencieuse. » Bien qu’elle ait continué à écouter « pendant encore bien 15 minutes » (les premiers éléments indiquaient 14 minutes), elle « n’a jamais entendu de crash ». Elle ajoute : « Je ne me l’explique pas. Nous n’avons pas été interrompus, sinon j’aurais entendu un son différent. On entend comme un sifflement quand on perd une communication. L’appel n’a jamais été interrompu, il est simplement devenu silencieux. »[21]

7. Le 29 septembre 2001, le FBI a reçu le détail des appels transmis par le bureau Verizon des appels mobiles de Bedminster, dans le New Jersey, qui montrait que le téléphone cellulaire de Todd Beamer avait passé 19 appels après l’heure supposée du crash du vol UA 93 à 10 h 03.[22] Ce fait, ajouté aux six premiers, indique soit que l’homme se présentant comme Todd Beamer n’était pas à bord du Vol UA93, soit que le téléphone cellulaire de Beamer ne se trouvait pas à bord de l’appareil, soit que l’avion ne s’est pas écrasé.

8. Todd Beamer a été rendu célèbre par sa fameuse phrase « Vous êtes prêts les gars ? Alors, on y va ! » Mais cette expression ne figure pas dans l’interrogatoire de Lisa Jefferson par le FBI faite le jour même concernant sa conversation [avec Todd Beamer]. Au lieu de cela, on peut lire : "Aux environ de 9h du matin, Beamer a dit que les passagers s’apprêtaient à attaquer les pirates de l’air… Il a demandé à Jefferson d’appeler [CENSURÉ] et de leur dire qu’il les aimait… Ensuite, Jefferson a entendu un autre passager donner le fameux signal pour passer à l’action. Après cela, elle n’a plus rien entendu."[23]

La première citation écrite du fameux "cri de guerre" de Todd Beamer est parue dans un article de Jim McKinnon dans la Pittsburgh Post-Gazette, cinq jours plus tard, le 16 septembre. McKinnon semblait tenir l’information directement de la femme de Todd, Lisa Beamer, qu’il avait interviewée. Racontant que Todd Beamer avait (apparemment) abandonné le combiné téléphonique après avoir demandé à Lisa Jefferson d’appeler sa femme, McKinnon poursuit : « C’est là que Jefferson a entendu ce que Lisa Beamer pense être les derniers mots de son mari : "Let’s roll!" »[24]

En tout état de cause, le résumé par le FBI de l’interrogatoire de Lisa Jefferson ne contient aucune trace du « Let’s roll ! » (ce qui pourrait simplement être une omission de la part d’un des agents du FBI). Il attribue également le signal du passage à l’action à un autre passager, mais pas à Todd Beamer.

Conclusion

Tout d’abord, de sérieuses questions se posent sur la véritable nature de la conversation censée avoir eu lieu entre l’employée de GTE, Lisa Jefferson, et l’homme s’étant présenté comme Todd Beamer.

De plus, le récit officiel de cet appel pose pas moins de huit questions problématiques. Les trois premières montrent que l’appel est peu vraisemblable. La quatrième est qu’il n’existe aucun moyen de vérifier l’authenticité de l’appel. Les trois suivantes soulèvent le problème de la connexion de l’appel. Enfin, le fait d’attribuer la phrase « Let’s roll ! » à Todd Beamer contredit ce que Lisa Jefferson a relaté au FBI le jour même du 11-Septembre, lorsqu’elle a reçu cet appel.

Étant donné le rôle central joué par cet appel téléphonique dans le déclenchement de la « Guerre contre le terrorisme », ces questions, tout comme l’histoire de Barbara Olson (Voir Point PC-2), montrent que les principaux éléments qui ont justifié cette « guerre » sont à peu près aussi faibles que ceux qui étaient censés prouver l’existence des « armes de destruction massive » pour déclencher la « guerre contre l’Irak. »[25]



Références du Point PC-1

1. Lisa D. Jefferson et Felicia Middlebrooks, Called (Northfield Publishing, 2006), 53; Jim McKinnon, “13-Minute Call Bonds Her Forever with Hero,” Pittsburgh Post-Gazette, 22 septembre 2001.
2. Rapport de la Commission sur le 11/9 (2004), 13, 456n80, 457n81.
3. Jefferson et Middlebrooks, Called, 47-48.
4. Commission sur le 11/9, “Memorandum for the Record,” 13 mai 2004. Les graphiques fournis par l’accusation lors du procès de Zacarias Moussaoui en 2006 sont facilement accessibles ici : “Detailed Account of Telephone Calls From September 11th Flights: Todd Beamer.”
5. Beamer a discuté avec Phyllis Johnson, une opératrice de GTE, pendant quelques minutes, après quoi l’appel a été transféré à Lisa Jefferson, avec qui il a poursuivi sa conversation pendant, dit-elle, “encore 15 autres minutes” (Jefferson et Middlebrooks, Called, 53); McKinnon, “13-Minute Call Bonds her Forever With Hero,” Pittsburgh Post-Gazette, 22 septembre 2001.
6. Interrogatoire de Lisa Jefferson par le FBI, 11 septembre 2001.
7. “Bush: “My Fellow Americans, Let’s Roll,’” Jessica Reaves, Time Magazine, 9 novembre 2001.
8. Peter Perl, “Hallowed Ground,” Washington Post, 12 mai 2002 (http://www.washingtonpost.com/ac2/wp-dyn?pagename=article&node=&contentId=A56110-2002May8). L’URL ne fonctionne plus, mais le document peut être retrouvé ici.
9. Les “13 minutes” sont mentionnées dans l’interview de Jefferson par le journaliste Jim McKinnon, dans l’article “13-Minute Call Bonds her Forever With Hero,” de la Pittsburgh Post-Gazette, 22 septembre 2001, et dans celui de Wes Smith, “Operator Can’t Forget Haunting Cries From Flight 93,” du Orlando Sentinel, 5 septembre 2002.
10. Lisa Beamer et Ken Abraham, Let’s Roll!: Ordinary People, Extraordinary Courage (Wheaton, IL: Tyndale House Publishers, 2002), 217.
11. Jefferson et Middlebrooks, Called, 47-48.
12. Les graphiques fournis par l’accusation lors du procès de Zacarias Moussaoui en 2006 sont facilement accessibles ici : “Detailed Account of Telephone Calls From September 11th Flights: Todd Beamer.”
13. Jere Longman, Among the Heroes, Harper Perennial, 2003, 204.
14. Wendy Schuman, “’I Promised I Wouldn’t Hang Up,’” Beliefnet, 2006.
15. Jefferson et Middlebrooks, Called, 33.
16. Beamer et Abraham, Let’s Roll! 211.
17. Jefferson et Middlebrooks, Called, 36.
18. Jefferson et Middlebrooks, Called, Ch. 1.
19. Voir la page du FBI Intelfiles qui fait la liste des interrogatoires relatifs aux appels de Beamer
20. “Detailed Account of Telephone Calls From September 11th Flights: Todd Beamer.”
• Source principale : Rapport du Département US de la Justice sur les attaques terroristes, 26 avril 2004.
21. Wendy Schuman, “’I Promised I Wouldn’t Hang Up,’” Beliefnet, 2006.
22. FBI Lead Control Number NK 5381, 29 septembre 2001. (Le téléphone mobile de M. Beamer était configuré pour le New Jersey du Nord [préfixe 908], par conséquent les enregistrements reflètent l’heure EST (Eastern Time zone; voir la référence ici)
23. Interrogatoire de Lisa Jefferson par le FBI, le 11 septembre 2001,” Intelwire.com.
24. Jim McKinnon, “The Phone Line from Flight 93 Was Still Open when a GTE Operator Heard Todd Beamer Say: ‘Are You Guys Ready? Let’s Roll,” Pittsburgh Post-Gazette, 16 septembre 2001.
25. Tous nos remerciements à “Shoestring” pour son article, “Todd Beamer’s Odd Phone Call and the Silent Crash of Flight 93,” qui nous a été utile pour différents Points de consensus.