samedi, 1 septembre 2012

Le procès du 11-Septembre pourrait être repoussé de 4 ans


Le procès des cinq hommes accusés pour les attentats du 11-Septembre ne sera pas retransmis à la télévision et pourrait ne pas débuter avant quatre ans, apprend-on aujourd’hui. Khalid Sheikh Mohammed et ses quatre coaccusés doivent être jugés à la base de Guantanamo pour le meurtre de 2976 personnes dans ce qui a été surnommé le “procès du siècle”.

Mais hier, l’accusation et la défense ont reconnu que le procès ne serait pas télévisé, contrairement aux autres grands procès qui se sont déroulés aux USA.

Et la défense a affirmé que, même si les audiences ont débuté, ils ne s’attendent pas à ce que le véritable procès commence avant 2016 – soit 15 ans après les attentats qui ont plongé les USA dans la guerre à la terreur, et qui restent le pire acte terroriste de son histoire.

Contrairement à ce qui se fait en Angleterre [et en France - NdT], les procès aux USA sont diffusés à la télévision et les gens peuvent les suivre de chez eux.

Des affaires importantes telles que le procès d’OJ Simpson ou celui de Conrad Murray, le docteur accusé d’avoir tué Michael Jackson, ont été retransmises à la télévision, comme de nombreux autres procès.

Mais hier, le procureur militaire, le Général de brigade Mark Martins a déclaré que le procès des conspirateurs du 11/9 ne serait pas diffusé à la télévision, conformément aux lois entourant les commissions militaires. « La position du gouvernement est que cette loi s’applique, » a-t-il déclaré. Il a aussi indiqué qu’ « une solution équilibrée pourrait consister à le retransmettre dans certaines bases militaires et tribunaux aux USA. »

Mais James Connell, un des avocats de la défense, a exprimé son désaccord sur l’absence de caméras de télévision et a indiqué avoir déposé une demande auprès du juge, à laquelle l’accusation s’est opposée.

Il a déclaré : « Nous avons demandé à ce que les audiences soient télévisées en continu par les chaines commerciales. » La position de la défense est qu’il devrait y avoir une retransmission télévisée de manière à ce que le public, que ce soit les familles de victimes ou simplement les gens intéressés par ces audiences aux USA et ailleurs dans le monde, puissent y assister. « Le fait que cela soit retransmis seulement dans quelques bases militaires US est tout à fait différent. »

Le cerveau supposé des attentats du 11-Septembre, Khalid Sheikh Mohammed, doit être jugé en même temps que son neveu pakistanais, Ali Abd al-Aziz Ali, aussi connu sous le nom de Ammar al-Baluchi, le Saoudien Mustapha al-Hawsawi et les Yéménites Ramzi Binalshibh et Walid bin Attash.

Les cinq hommes risquent la peine de mort si le jugement confirme leur rôle dans les attentats terroristes menés par des militants d’al-Qaïda, au cours desquels des avions détournés ont été utilisés pour frapper New York, Washington et Shanksville en Pennsylvanie. Avant d’être emmenés à Guantanamo Bay en 2006, les cinq accusés avaient été retenus dans des prisons secrètes de la CIA, où ils avaient subi des techniques d’interrogatoires qu’ils qualifient de tortures.

L’accusation estimait que le procès pouvait commencer dès juin ou juillet 2013, mais M. Connell a déclaré que selon lui, cela prendrait bien plus de temps, et que quatre ans à partir de maintenant lui semblaient un délai raisonnable. Il a dit : « Je me rappelle du général Martin disant [en mai] que le procès de Zacarias Moussaoui prendrait quatre ans, et je me souviens que cela m’avait semblé une durée raisonnable. »

« C’est très long. Mais c’est assez comparable aux autres grands procès. »

M. Connell a expliqué que sa prévision se basait sur « l’énorme quantité de documents que la défense doit encore consulter. »

Il a ajouté : « L’accusation a eu onze ans pour préparer cette affaire. Il est normal que maintenant qu’ils ont mis au point ce dossier, la défense dispose de suffisamment de temps pour digérer les documents qu’ils ont mis onze ans à rassembler. » Il a aussi indiqué que la décision de tenir le procès à Guantanamo Bay plutôt qu’à New York – décision prise par le gouvernement US – jouait également un rôle dans ce délai.

« Il n’y a aucun doute sur le fait que le procès aurait été plus rapide dans une autre juridiction. Il reste beaucoup d’obstacles à surmonter. » Il a ajouté que l’un de ces obstacles était « la difficulté d’amener des gens là-bas. » Ces prévisions surviennent alors qu’une série d’audiences devaient se tenir sur la base de Cuba. Prévues pour durer six jours, elles ont dû être annulées par peur de la tempête tropicale qui doit frapper l’île incessamment. Tout le personnel non essentiel – environ 200 personnes – doit évacuer l’île tandis que la tempête Isaac approche.

Mark Hughes
The Telegraph