"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

dimanche, 25 mars 2012

Opération Neptune Spear

.
Le raid mené par l’armée américaine le 2 mai 2011 au Pakistan contre le fief du célèbre Oussama Ben Laden avait pour maître d’œuvre l’unité spéciale de la marine Navy Seal Team 6 (encore appellée Naval Warfare Development Group, DevGru ).

Si cette mission fut considérée par washington dont la capacité à produire puis relayer l’intox à grands renforts médiatiques n’est plus à démontrer, propagande oblige !.... si donc disais-je cette mission fut considérée par les officiels américains comme un succès modèle, elle fut plutôt décrite par les pakistanais s’appuyant sur les témoignages d’éventuels témoins oculaires, présentés comme voisins à la concession du présumé cerveau des attentats du 11 septembre, comme un grabuge sanglant.

Chuck Pfarrer, un ancien commandant du DevGru a pour sa part dans un ouvrage récemment publié sous le titre de « Seal Target Geronimo: The Inside Story of the Mission to Kill Osama bin Laden » fait part de ce qui résulte de ses échanges avec les soldats américains présents ce jour-là sur le théâtre des opérations.

Retour sur les faits !

Nom de code l’opération : « opération Neptune Spear »
Nom de code de l’équipe du DevGru : « Jedi »
Nom de code du chef d’al-Qaïda (Ben Laden) : « Bert »
Nom de code de son bras droit (Ayman al-Zawahiri) : « Ernest »  d'après les poupées de Sesame Street.

*L’opération a été préparée avec une reproduction du complexe où se cachait l’homme le plus recherché du monde. L’actuel chef d’al-Qaida, Ayman Zawahiri a trahi Ben Laden. Ce serait sa jalousie envers Ben Laden qui l’aurait poussé à révéler l’endroit où il se cachait. «Obama était en train de jouer au golf 20 minutes à peine avant que ne débute l'assaut. Il n'était aucunement dans le bunker de la Maison-Blanche à suivre les opérations en direct comme la version officielle l'assure.»

*Initialement prévue pour le 30 avril elle a été reportée de 2jours. Le but était de capturer Ben Laden, "Notre mission n'était en aucun cas de tuer, sinon nous aurions tiré plus que 12 balles!" "J'ai travaillé 30 ans au sein de l'armée et je n'ai jamais entendu l'expression "mission pour tuer", c'est une expression imaginaire, si vous voulez seulement tuer, vous n'envoyez pas des gens risquer leur vie, il suffit de lancer des grenades sur la cible".

* l’équipe Jedi a été scindée en deux détachements, de 12 hommes chacun: Razor 1 et Razor 2, Transportés à bord de deux hélicoptères BlackHawk modifiés, ils n’ont pas utilisée la nouvelle version de ces hélicoptères, mais une plus ancienne, par peur de la réaction des autorités pakistanaises. Ces appareils ont été suivis, à 5 minutes près, par deux Chinook (hélicoptère de transport lourd). L’opération Neptune Spear s’est déroulée sans couverture aérienne. Les Navy Seals comptaient sur un appui fourni par des avions F-18, ce que le président Obama a refusé afin de ne pas trop charger la barque avec le Pakistan. Un drone du porte-avions USS Carl Vinson de type Prowler (E/A-6 ou E/A-18?) a été engagé pour brouiller les radars pakistanais.

* Le premier hélicoptère (Razor1) a pris position au-dessus de la résidence de Ben Laden. Les commandos en sont alors descendus en rappel et ont atteint le 3ème étage. La première personne qu’ils ont vu a été Khaira, une des épouses de l’ancien chef d’al-Qaïda, qui a été maîtrisée par un soldat. A partir de cet instant les choses sont allées vite.

* Ben Laden a jeté un coup d’œil furtif sur le couloir depuis la porte de sa chambre qu’il a violemment refermé quand il a vu de quoi il s’agissait. Deux commandos l’ont suivi……………..

* l’un de ses fils, Khalid, alerté par l’agitation au 3ème étage du complexe, a été abattu au moment où il arrivait en courant par les escaliers
……..les poursuivants immédiats de Ben Laden l’ont trouvé dans la chambre en question derrière sa plus jeune femme, Amal.
Il s’apprêtait à prendre son fusil d’assaut AK-47 (une kalachnikov) quand les commandos ont ouvert le feu. Son épouse a été blessée, dans un premier temps, à une jambe. Puis Ben Laden a été touché au sternum et à la tête.

* Le second hélicoptère (Razor 2), s’est dans le même temps posé quant à lui près de la maison d’hôte attenante au complexe, où logeait le messager de Ben Laden, al-Kuwaiti. Ce dernier a ouvert le feu sur l’appareil. La riposte a été immédiate : il a été tué, de même que la femme qui se tenait derrière lui. Les hommes sont alors sortis de l’engin pour pénétrer au rez-de-chaussée de la cache du chef d’al-Qaïda. Un des gardes du corps de ce dernier a alors été abattu de deux balles.

*Tout se serait passée dans les 90 secondes qui ont suivi l’intrusion des Seals dans le complexe d’Abbottabad !

* Les Chinook sont alors arrivés sur place. Les soldats ont pris des photographies du cadavre de Ben Laden, ainsi que ses empreintes ADN, et ont chargé la masse de renseignements à bord des hélicoptères.

* Au moment de repartir l’un des deux Blackhawk furtif s’est écrasé, (sans que son équipage ne soit touché ?)

* il n’y aurait pas eu de « fusillade prolongée » comme on l’a laissé entendre. Mais seulement 12 cartouches tirées en tout et pour tout par les Navy Seals au cours de l’opération. Après 90 secondes de tir, Ben Laden aurait été touché au sternum et à la tête et tué sur le coup.

* Comme rien ne se passe vraiment jamais comme prévu, l’un des deux Blackhawk furtif a eu une panne électrique au moment de repartir et s’est écrasé, sans que son équipage ne soit touché. La photographie montrant l’équipe du président Obama dans la Situation Room de la Maison Blanche a été prise à ce moment là (d’où la tension que l’on peut voir sur les visages, dont celui d’Hillary Clinton, qui semble le plus expressif). Les images ont été transmises via un drone (sans doute le RQ-170 Sentinel, surnommé la « Bête de Kandahar). Les systèmes électroniques de cet hélicoptères, classés confidentiels, ont été détruits sur place.




La version transmise par le journal français L’Express.fr le 02/05/2011 !

Washington, 29 avril 2011, 8h20 (heure locale): Barack Obama est sur le point de s'envoler pour l'Alabama….C'est à cet instant qu'il reçoit des informations permettant de planifier une attaque contre la planque d'Oussama Ben Laden. Il donne le feu vert à une intervention.

NB : Le président américain sait depuis août 2010 que le terroriste se cache dans une luxueuse et ultra-sécurisée résidence à Abbotabad, au nord d'Islamabad, au Pakistan.

Afghanistan, 30 avril-1er mai 2011: Les Navy seals, planifient une attaque éclair. L'architecture du bâtiment rend l'opération particulièrement délicate. La propriété ne dispose d'aucune liaison téléphonique, ni de connexion Internet…..

Abbotabad, 1er mai 2011, peu avant minuit: à bord d'hélicoptères, les commandos américains se dirigent vers la propriété.

Abbotabad, 2 mai 2011, minuit: "Trois hélicoptères étaient en survol. Tout à coup, des tirs ont éclaté en provenance du sol. Il y a eu des échanges de tirs intenses et j'ai vu un hélicoptère chuter", raconte en direct sur tweeter et au moment des faits, Sohaib Athar un habitant qui a suivi toute la scène du toit de sa maison sans savoir ce qui se passait précisément.

Les forces spéciales posent le pied à terre et s'engouffrent dans la propriété. Des militaires pakistanais empêchent tout accès à la zone de combats.

Langley, Virginie, Etats-Unis, au même moment: au siège de la CIA, le directeur de l'agence, Leon Panetta, et d'autres responsables suivent l'intervention en direct.

Abbotabad, 2 mai 2011, 0h30: les combats sont violents à l'intérieur du complexe. A l'extérieur, les habitants n'ont aucune idée de ce qui se joue à quelques centaines de mètres de chez eux.

0h40: Les Navy seals ressortent du complexe en emportant le corps d'Oussama Ben Laden. Au bout de 40 minutes de combats, ils ont également tué l'un des fils du terroriste, une femme et deux gardes du corps. Les forces spéciales US le corps de Ben Laden dans un hélicoptère et détruisent l'appareil endommagé au début de l'opération. Les appareils redécollent. Une fois la frontière avec l'Afghanistan franchie, ils confirment que l'intervention est un succès.

Langley, Etats-Unis, au même moment: applaudissements et cris de victoire au siège de la CIA.

Washington, 22 heures (heure locale, 7 heures au Pakistan): les journalistes accrédités à la Maison Blanche, dont la correspondante de Canal+, Laurence Haim, reçoivent une convocation pour une conférence de presse urgente. Seule indication de la présidence: "It's important and you should pay attention", raconte Laurence Haim sur son compte Twitter.

Pendant ce temps, Barack Obama téléphone à Bill Clinton et Georges Bush, ses deux prédécesseurs à la Maison Blanche, pour les informer de la mort de Ben Laden…….

Ce que vous ne savez peut être pas !

Selon le tabloïd anglais the Guardian dans sa parution du 9 mai 2011 : "un accord a été signé fin 2001 entre les USA et le Pakistan autorisant les forces américaines à mener un raid unilatéral au Pakistan pour rechercher Ben Laden, son bras droit Ayman al-Zawahiri et le n°3 d'Al-Qaïda. Après quoi, les deux parties étaient d'accord pour permettre au Pakistan de protester contre cette intrusion sur son territoire" . L'ancien chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden a ordonné avant son décès à ses partisans en Afghanistan et au Pakistan de s'en prendre directement au président Barack Obama, afin de plonger les Etats-Unis dans une crise. Ben Laden voulait la mort du général David Petraeus, ancien commandant en chef des forces américaines. Ben Laden voulait s'en prendre à l'avion présidentiel afin de provoquer la mort de M. Obama, qui aurait été remplacé à la tête du pays par son vice-président Joe Biden. "Biden n'est pas du tout préparé pour ce poste, ce qui plongerait les Etats-Unis dans une crise. Pour ce qui est de Petraeus, il est l'homme du moment et le tuer changerait le cours de la guerre en Afghanistan".

Oussama Ben Laden avait, en effet, épousé une jeune Yéménite, Amal Ahmed Abdel-Fatah al-Sada, qui n'avait que 19 ans au moment de leur mariage en 1999. Et il semblerait que le leader d'Al-Qaïda avait une préférence très marquée pour cette troisième épouse. Dans sa cachette d'Abbottabad, Ben Laden avait choisi de partager sa couche avec celle-ci au troisième étage de l'habitation. Sa seconde épouse, Siham Saber, avait également été logée au même étage mais dans une autre pièce. Mais à son arrivée au Pakistan en 2011, Saber Khairiah, première femme de Ben Laden, a été installée au deuxième étage de la maison. Ce qu'elle a très mal pris.


Des tensions se ressentaient entre les trois femmes. Selon des témoins, Saber Khairiah serait alors devenue agressive et intimidante envers les autres femmes de Ben Laden. En colère, Khairiah aurait même indiqué qu'elle avait un "dernier compte à régler" avec son mari. Pour certains, c'est elle qui aurait trahi son mari.
Avant d'épouser Saber Khairiah dans les années 80, Ben Laden avait été marié à deux reprises. Il avait cependant divorcé de ses deux précédentes épouses. Le leader d'Al-Qaïda avait eu vingt enfants avec ses différentes épouses.

Les simagrées d’un gouvernement pakistanais apparemment remonté contre la maison blanche pour intrusion sur son territoire, ne relève donc que de la politique-fiction.

Mieux, la loi de l’omerta fut imposée à tout le voisinage. Pas question de rapporter les faits ou de préciser certains détails qui pourraient compromettre la thèse officielle des alliés américano-pakistanais.

Pour son malheur, la petite maison en terre et tôle d'Haji Zain Baba, 80 ans, jouxte l'enceinte de la célèbre résidence de ben Laden. Quelques heures après l’opération, l'armée pakistanaise arrêtait son fils, Shamrez, employé de temps en temps par les occupants de la "maison Ben Laden" pour s'occuper du jardin. Il a finalement été libéré vendredi, mais sa détention l'a dissuadé de parler aux médias. "Il a quitté la ville, il est très loin", assurait son fils, Qasim Mohammad.

Des journalistes ont également reçu des messages des autorités leur demandant de quitter immédiatement la ville, faute de visa adéquat, ou, comme CNN, Fox News et la BBC, de cesser de faire des direct télévisés, soudain devenus "illégaux".

Lassés de la situation, de plus en plus d'habitants du quartier demandent à la presse de partir, effrayés d'éventuelles représailles.

"Ne m'appelez plus sur mon portable, il ne faut pas qu'on parle au téléphone!, glissait lundi l'un d'eux à l'AFP, avant de raccrocher prestement.

Saura-t-on jamais les séquences certainement peu glorieuse qu’on veut nous cacher ?

D'après les informations révélées par Wikileaks, le corps d'Oussama Ben Laden n'aurait pas été jeté en mer comme les responsables américains l'avaient annoncé au lendemain de sa mort le 2 mai dernier. La dépouille du terroriste aurait été transportée par avion. Elle aurait ensuite été emmenée dans le Delaware afin d'y être examinée.


Ce sont des e-mails entre le PDG de la société de renseignements américaine Stratfor et le vice-président de cette entreprise qui ont révélé ces informations. Ceux-ci ont été piratés par Anonymous et l'information a été révélée par Wikileaks le 27 février dernier.

Toujours d'après ces mails, le corps de Ben Laden serait désormais caché à l'Institut de pathologie des forces armées à Bethesda dans l'Etat du Maryland.

Task Force 121