vendredi, 21 octobre 2011

Complete 9/11 Timeline : Nouvelles informations sur des exercices militaires, de faux rapports de détournement et l’emploi du temps de Bush le 11-Septembre

.
Un certain nombre de nouvelles entrées ont été créées dans la « Complete 9/11 Timeline » d’HistoryCommons, concernant des événements importants survenus le jour même du 11 septembre 2001, tandis que d’autres sont venues s’ajouter au nombre croissant d’informations relatives à des exercices liés au 11/9.

L’une de ces entrées montre comment, depuis 1998, le Secret Service US avait inclus dans ses exercices d’entraînement des simulations informatiques d’avions se crashant sur la Maison-Blanche[1]. Un autre exercice remarquable s’est déroulé tôt le matin du 11/9 dans la Situation room de la Maison-Blanche, se fondant sur le scénario d’un attentat terroriste à la bombe au Moyen-Orient.

Toujours à propos d’exercices d’entraînement, de nouveaux détails ont émergé concernant la façon dont une unité antiterroriste du FBI avait été éloignée de Washington au moment précis des attentats du 11/9[2] Le Groupe de réponse aux incidents critiques (Critical Incident Response Group) est arrivé à San Francisco la veille du 11-Septembre pour une semaine d’exercices d’entraînement. L’importance de cette unité était telle que la Maison-Blanche l’a fait rapatrier en urgence sur Washington dans les heures qui ont suivi les attaques.
De nouvelles entrées décrivent aussi deux rapports erronés d’avions détournés le matin du 11-Septembre. L’un de ces avions était censé viser le Centre des opérations du Norad dans le Colorado. Cette information incorrecte pourrait avoir été la cause de la fermeture des portes-antiexplosions massives du Centre des opérations. L’autre avion était censé viser Air Force One alors qu’il emmenait le Président loin de Sarasota (l’école où George W. Bush assistait à une séance de lecture devant les élèves – NdT) et cela pourrait expliquer pourquoi Air Force One a aussi soudainement pris de l’altitude.

Les détails de deux appels téléphoniques passés depuis le vol 175 par le passager Brian Sweeney y sont décrits, le premier vers sa femme et le second vers sa mère, où Sweeney évoque une révolte possible des passagers contre les pirates de l’air.

Une nouvelle entrée décrit comment un contrôleur aérien a changé le plan de vol du Vol 93 détourné, causant ainsi la génération de fausses informations sur le fait que l’avion était toujours en vol même après qu’il se fut écrasé. De même, un avion spécial de la NASA a survolé l’État de New York pendant les attentats et à un moment donné, le Vol 93 s’est trouvé à moins de 1000 pieds en dessous de lui.

Plusieurs autres entrées détaillent l’emploi du temps de G.W.Bush à la base Barksdale de l’Air Force en Louisiane, où il a enregistré un court message à la nation qui devait être diffusé plus tard à la télévision. Les commandants de la base avaient appris l’arrivée imminente du Président seulement quelques minutes à l’avance. Malgré cette volonté de garder l’information secrète, l’équipe d’une télévision locale attendait près de la base et a filmé l’atterrissage d’Air Force One.

Le Président Bush a été entouré d’impressionnantes mesures de sécurité dès sa descente de l’avion, et deux jets A-10 ont été mis en alerte pour protéger la base (photo ci-contre). Mais les fausses alertes se sont poursuivies, et des officiers de la base de Barksdale ont continué de recevoir des rapports sur des avions non identifiés. Pendant qu’il se trouvait à Barksdale, Bush a passé pratiquement tout son temps dans le bureau du Lieutenant général Thomas Keck.

Pour des raisons de sécurité, le nombre de personnes voyageant sur Air Force One avait été réduit de façon significative après que Bush eut atterri à Barksdale. Mais ceux débarqués après le départ de l’avion de la base purent revenir sur Washington un peu plus tard cet après-midi-là par un vol spécial.

Enfin, une entrée particulièrement intéressante nous apprend comment un auteur de thrillers assez populaire avait publié en 2000 une nouvelle dans laquelle il prédisait la possibilité d’une attaque terroriste impliquant un avion de ligne s’écrasant contre le World Trade Center.

Shoestring
History Commons Groups