samedi, 4 septembre 2010

Un exercice du NORAD un an avant le 11/9 simulait un pilote essayant de crasher son avion contre un gratte-ciel de New York : le siège des Nations uni

.
Neuf ans après les attentats de 2001, comment est-il encore possible de défendre l’idée que la Défense aérienne états-unienne n’était pas préparée au cas d’avions civils détournés par des terroristes et envoyés contre des immeubles ? Nous avons tous encore en mémoire les déclarations du président Bush ou de la conseillère à la Sécurité nationale Condoleezza Rice disant qu’il était "impossible d’imaginer de tels scénarios." Pourtant, en 2005, le général Myers a révélé l’existence d’au moins cinq exercices du NORAD, la défense militaire US, mettant en jeu des avions de ligne détournés et utilisés comme armes contre des gratte-ciel ou des bâtiments importants aux USA. Voici un nouvel article détaillant tous ces scénarios d’exercices militaires, si étrangement semblables aux événements réels du 11/9.


Un F-16 survolant Manhattan

.
Le North American Aerospace Defense Command (NORAD) a organisé un important exercice d’entraînement en octobre 2000 dont le scénario consistait en une personne s’emparant d’un gros avion de ligne et le dirigeant vers le bâtiment des Nations unies – un immeuble new-yorkais de 39 étages situé à quelques kilomètres du World Trade Center. De plus, un exercice du NORAD en juin de la même année incluait un scénario dans lequel un avion était détourné dans l’intention de le faire s’écraser contre la Maison Blanche, et un autre dans lequel un vol transcontinental était détourné pour le faire se crasher contre la Statue de la Liberté, à quelque distance de l’endroit où se trouvait le WTC.

L’existence de ces scénarios d’exercices fut révélée en août 2004 par le général Richard Myers – qui occupait alors le poste de Chef d’État-major des Armées – lors d’une réunion du Comité du Sénat sur les Services de l’armée. Le Sénateur démocrate du Minnesota Mark Dayton a alors posé la question suivante : « Le NORAD – qui est l’organisation militaire responsable de la défense de l’espace aérien états-unien – a-t-il mené des exercices ou développé des scénarios, avant le 11 septembre 2001, pour tester la réaction des militaires face à un détournement d’avion qui se révèlerait être un crash suicide contre un objectif important ? » La réponse de Myers révéla « cinq exercices concernant des détournements d’avion » que le NORAD avait menés entre novembre 1999 et octobre 2000, et qui « tous incluaient un crash-suicide contre un objectif important » Malheureusement, les détails de ces scénarios effrayants, qui semblent être des prémonitions des futures attaques contre New York et Washington, n’ont pas eu dans le public l’écho qu’ils auraient mérité.

Le scénario d’octobre 2000 : un avion détourné prenant un immeuble pour cible

Le scénario qui comprenait une tentative de crash d’avion contre le siège de l’ONU a été utilisé deux fois – les 16 et 23 octobre 2000 – lors d’un exercice appelé Vigilant Guardian. Cet exercice annuel fut conduit par le NORAD, et l’ensemble de ses composants y a participé, y compris le quartier général ainsi que les trois secteurs de défense aérienne sur le continent nord-américain.

Le scénario testé le 16 octobre était le suivant : « Après des arrestations de trafiquants de drogue dans le Maine, un individu dérobe un avion de Federal Express et tente une attaque suicide contre le bâtiment des Nations unies à New York City. » Le scénario du 23 octobre, d’après le rapport du général Myers, était tout à fait similaire. Il s’agissait d’ « armes de destruction massive dirigées contre les Nations unies », et mettait en jeu « un individu volant un avion de Federal Express et planifiant une attaque suicide contre le bâtiment des Nations unies à New York City » (Au moment de cet exercice, Federal Express utilisait principalement des MD-11 et des DC-10, tous deux étant des avions assez imposants. Il est probable que l’un de ces modèles était celui prévu dans les scénarios.)

L’exercice Vigilant Guardian suivant – pour l’année 2001 – était en réalité planifié exactement au moment où les attaques du 11/9 se sont produites. On peut facilement imaginer ce qu’a pu penser le personnel du NORAD au vu de la ressemblance des événements réels le 11 septembre 2001 avec les scénarios testés lors des exercices précédents – un pilote suicide tentant de crasher un gros avion contre un gratte-ciel new-yorkais.

Les scénarios de juin 2000 : Des pirates de l’air tentent de faire s’écraser un avion contre la Maison Blanche et la Statue de la Liberté.

Le 5 juin 2000, la division continentale américaine du NORAD (« Continental United States NORAD Region », ou CONR) a conduit un exercice nommé Falcon Indian, au cours duquel ont participé ses trois secteurs de défense aérienne nord-américaine. Deux scénarios ont été testés ce jour-là, dans lesquels les pirates de l’air tentaient de faire s’écraser un avion sur des « cibles de première importance » à New York ou à Washington.

Dans l’un de ces scénarios, un Learjet était détourné et « se maintenait en vol rapproché avec un avion de ligne de Canadair, chargé d’explosifs » d’après le résumé du général Myers. (On ne sait pas, d’après ce résumé si c’était le Learjet ou l’avion de ligne de Canadair qui était chargé d’explosifs). Les pirates « tentaient de crasher » le Learjet « sur la Maison Blanche ». Dans l’autre scénario, une « faction du parti communiste » détournait un avion reliant la côte ouest à la côte est des États-Unis. Les pirates avaient mis de « grosses charges d’explosifs à bord » et voulaient « crasher l’avion contre la Statue de la Liberté. »

Le scénario de novembre 1999 : Des terroristes veulent faire s’écraser un avion contre un immeuble.

Le cinquième scénario décrit par Myers était celui d’une précédente opération « Falcon Indian » datant de novembre 1999. Là aussi, les trois secteurs de la défense aérienne continentale du NORAD prirent part à l’exercice du CONR. Et là aussi le scénario de l’exercice était basé sur le détournement d’un vol transcontinental entre la côte ouest et la côte est des États-Unis. Dans cette simulation, un avion de China Airlines reliant Los Angeles à l’aéroport international de New York était « détourné à l’est de Colorado Springs par cinq terroristes : si l’avion n’était pas intercepté par les militaires US, les pirates menaçaient de le faire s’écraser contre le bâtiment des Nations unies. »

Autres scénarios de crashs d’avions contre des bâtiments, avant le 11-Septembre

Quelques mois avant que le général Myers ne révèle l’existence de ces cinq scénarios exercices, USA Today et CNN rapportaient que le NORAD avait mené des exercices pendant les années précédant le 11/9, qui simulaient le détournement d’avion par des pirates et leur crash contre des bâtiments aux Etats-Unis. Certains des scénarios testés avaient été décrits. On ne sait si certains d’entre eux correspondent à ceux mentionnés cinq ans plus tard par Myers, même s’il semble bien, d’après ce qui a été rapporté, qu’ils se rajoutent à ceux listés par Myers.

USA Today a rapporté que « durant les deux années avant les attaques du 11/9, » le NORAD a organisé des exercices simulant « des avions détournés utilisés comme armes et allant percuter des cibles et causant un grand nombre de victimes. » Dans l’un de ces exercices, « l’une des cibles envisagées était le World Trade Center. » Un autre exercice mettait en jeu des avions de combat « simulant l’abattage au-dessus de l’Atlantique d’un avion supposé être plein de poisons chimiques et se dirigeant vers une cible aux USA. » Ces deux scénarios étaient inclus dans « les entraînements régionaux, et non ceux planifiés régulièrement au niveau continental, » d’après le NORAD, et les avions dans la simulation venaient d’un pays étranger, et non pas des USA.

CNN a rapporté qu’« entre 1991 et 2001, un secteur régional du Commandement de la Défense aérienne de l’Amérique du Nord avait simulé le détournement d’un avion de ligne étranger qui se crashait dans un immeuble aux USA, cela faisait partie d’un scénario d’exercice. » Dans ce scénario l’avion de ligne « était détourné alors qu’il traversait l’espace aérien états-unien en venant de l’étranger. » Cet exercice « était conduit par l’un des secteurs régionaux, et non par le quartier général [du NORAD]. » L’identité du bâtiment frappé par l’avion est une information classifiée, mais les militaires ont dit officiellement qu’« il serait reconnaissable s’il était identifié, mais que ce n’était ni le World Trade Center ni le Pentagone. »

Comment se peut-il qu’une organisation en charge de la défense de l’espace aérien des États-Unis ait de façon répétée pratiqué des scénarios aussi semblables aux attaques du 11/9 pendant les années précédant ces attaques ? Et étant donné que l’existence même de ces scénarios d’entraînement de type « un avion frappant un bâtiment » n’a pratiquement pas été divulguée, est-il possible que d’autres scénarios, similaires, testés par le NORAD – ou par d’autres organes militaires US – existent et que nous l’ignorions ? Une nouvelle enquête sur le 11-Septembre est clairement nécessaire. Et le rôle de ces scénarios d’exercices est l’un des nombreux aspects de ces attaques qui doivent être minutieusement examinés.


ReOpen911