"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

mardi, 10 novembre 2009

Les renseignements turcs font chanter un membre de l’Assemblée

.
L’ex-traductrice du FBI Sibel Edmonds a témoigné le 15 août que, dans la période où elle a travaillé au FBI, elle était au courant des pots de vin versés par le gouvernement turc à des membres élus et à d’anciens membres du Congrès, ainsi qu’à des hauts fonctionnaires de l’exécutif, notamment du Département d’Etat. Edmonds a été appelée à comparaître par la Commission électorale de l’Ohio dans une affaire intentée contre David Krikorian, candidat démocrate à la Chambre des représentants de l’Ohio, par le représentant titulaire républicain Jean Schmidt. Schmidt allègue dans sa plainte à la Commission que Krikorian avait fait de «fausses déclarations» contre elle dans sa campagne indépendante de 2008.

Edmonds a présenté le républicain Schmidt comme l’un des bénéficiaires des pots-de-vin du gouvernement turc ainsi que les anciens porte-parole de la Chambre, Dennis Hastert (R-IL), Dick Gephardt (D-MO), et le président de la Chambre Robert Livingston (R-AL), ainsi que le député Dan Burton (R-IN) et l’ancien député Stephen Solarz (D-NY). Furent également nommés Brent Scowcroft, ancien conseiller de la sécurité nationale sous George HW Bush et Gerald Ford, et l’ancien sous-secrétaire du Département d’État de George W. Bush, Marc Grossman.

Edmonds a été congédiée de son emploi du FBI, après s’être plainte à ses supérieurs de l’infiltration des renseignements turcs dans la branche Traduction du bureau ; elle a été disculpée par un rapport de l’inspecteur général du FBI.

Le témoignage de Edmonds a également abordé les opérations conjointes turques et israéliennes portant sur un trafic de technologie nucléaire de contrebande venant des États-Unis. En particulier, l’espionnage turc et sa sphère de trafic d’influence ont été fortement impliqués dans la publication par la Maison Blanche sous Bush des identités secrètes de Valerie Plame Wilson, agent de la CIA et de la société Brewster Jennings & Associates, sa couverture-CIA non officielle.

L’élément probablement le plus explosif de la déposition impliquait le gouvernement turc, engagé dans une opération de chantage sexuel contre un député de la Chambre des Représentants. Dans ce que le FBI a appelé un « processus d’hameçonnage » (hooking process), un agent féminin du Conseil turco-américain (ATC) a attiré une femme membre de la Chambre pour une rencontre sexuelle lesbienne dans une maison de la ville de Washington DC. Une équipe turque de renseignement avait placé des moyens de surveillance partout dans la maison, y compris dans la chambre à coucher et a enregistré le rendez-vous lesbien sur une bande, selon le témoignage de Edmonds.

WMR [NdT: Wayne Madsen Report, voir www.waynemadsenreport.com] a appris que le membre de la Chambre en question était la représentante Jan Schakowsky (D-IL), une fervente partisane de l’AIPAC et d’Israël et une alliée politique proche du président Obama et de son chef de cabinet Rahm Emanuel.

A son crédit, Schakowsky avait été une adversaire verbale des contracteurs militaires privés et avait dénoncé le manque de supervision de leurs activités par le gouvernement, en particulier en Amérique latine et en Irak ; mais depuis qu’elle a été compromise, elle est « restée tranquille » sur tous ses problèmes de signature, y compris avec des entrepreneurs militaires privés, et elle est devenue très belliciste dans son soutien à Israël.

En janvier 2007, la Présidente Nancy Pelosi a nommé Schakowsky membre du Comité spécial de la Chambre pour le renseignement. Actuellement, Schakowsky est présidente du comité restreint sur le sous-comité de renseignement de la surveillance et des enquêtes -ce qui la met en situation de conflit d’intérêts dans les enquêtes sur la pénétration du renseignement turc et les domaines connexes du renseignement israélien dans le du FBI et dans le département d’État.

WMR a appris de sources du Congrès que le gouverneur de l’Illinois Rod Blagojevich était au courant des « problèmes de Schakowsky », et il a résisté à la pression d’Obama et de Emanuel pour nommer Schakowsky au siège vacant d’Obama au Sénat. Lorsque Blagojevich a signalé qu’il allait nommer une personne autre que Schakowsky au siège, les groupes de pression conjoints israélo-turcs, en plus d’Emanuel, se sont arrangés pour que l’US Attorney Patrick Fitzgerald reçoive le feu vert pour l’arrestation de Blagojevich, avant même que toute accusation de corruption ait été prononcée par un grand jury fédéral. Blagojevich a ensuite été mis en accusation par la Chambre de l’Illinois et révoqué par le sénat de l’État. Un acte d’accusation sur de nombreux chefs d’accusation a ensuite été prononcé par un grand jury fédéral.

WMR a antérieurement rapporté que Fitzgerald traînait des pieds dans l’enquête sur la fuite par la Maison Blanche pour la couverture secrète de l’agent de la CIA, Valerie Plame Wilson, et de son employeur servant de couverture Brewster Jennings & Associates. Fitzgerald tentait de limiter l’exposition nuisible à l’opération de contrebande nucléaire impliquant les lobbies turcs et israéliens ainsi que les opérations des renseignements du MIT turc et du MOSSAD israélien. Mme Wilson et son équipe se concentraient apparemment sur les Turcs et les Israéliens pour la contrebande nucléaire dans le monde. Les acteurs clés du gouvernement américain dans l’exposition de Brewster Jennings ont été nommés par Edmonds dans sa déposition.

Blackwater [3] (devenu Xe) a été accusé de contrebande d’armes à travers l’Irak à destination de la guérilla kurde en Turquie. Des récentes allégations selon lesquelles les attaques terroristes du Parti des travailleurs kurdes (PKK) en Turquie auraient été perpétrées sous fausse bannière par Ergenekon [3] "au cœur de l’État" [NdT: le 'deep state' serait une coalition interne à l'État turc], et les accusations d’Edmonds que l’ATC et ses affiliés à Washington font partie du « cœur de l’État » turc, pointe d’éventuelles collusions de longue date entre Blackwater et le renseignement turc. Le fait que les renseignements turcs ont fait chanter avec succès Schakowsky, l’opposante majeure au Congrès contre les activités de Blackwater, ne pouvait être qu’une bonne nouvelle pour l’entreprise.

La CIA et Blackwater/Xe étant vigoureusement opposés à la mise en exergue d’autres détails de leur coopération, il y de fortes chances que les renseignements étatiques turcs aient partagé leur "coup" avec la CIA ; et Schakowsky dut encore se soumettre à un chantage comme lorsque l’ATV et son organisation sœur, le lobby israélien AIPAC, ont fait pression sur elle pour lui faire faire marche arrière dans son soutien pour une résolution à la Chambre sur le génocide arménien.

Ces informations juteuses pour le chantage ont pu certainement aboutir dans les mains de ces responsables de la CIA qui occupaient des postes de cadres supérieurs chez Blackwater, y compris :l’ancien chef du contre-terrorisme de la CIA, Cofer Center, l’ancien chef de la Division Proche-Orient et Asie du Sud de la CIA, Robert Richer, l’ancien conseiller officiel du Groupe des opérations spéciales de la CIA, Enrique "Ric" Prado, et Alvin "Buzzy" Krongard qui, tandis que son frère Howard "Cookie" Krongard bloquait l’enquête sur les contrats du département d’État pour Blackwater lorsqu’il travaillait comme inspecteur général de l’État, pointait au conseil consultatif de Blackwater. En outre, Joseph Schmitz, l’ex-inspecteur général du Penagone, a été embauché comme avocat général pour le Groupe Prince, la société mère de l’entreprise Blackwater de Erik Prince.

Il est également rapporté qu’après que le directeur de la CIA, George Tenet, ait annulé le contrat de la CIA avec Blackwater, son remplaçant, Porter Goss, l’a renouvelé. Le Directeur exécutif de Goss, Kyle « Dusty » Foggo, actuellement incarcéré pour fraude et corruption, aurait été impliqué dans l’élaboration du contrat renouvelé entre la CIA et Blackwater. Foggo, avait une relation personnelle et financière avec le propriétaire de Pamela Martin&Associates, feue sa vieille amie de San Diego Deborah Jeane Palfrey, qui fournissait des escortes à l’agence pour des tâches clandestines. Cette activité incluait aussi la fourniture d’escortes pour des « parties de poker » à Washington auxquelles participaient Goss, Foggo, et l’ancien Représentant, Randy "Duke" Cunningham, désormais incarcéré. Cunningham a présidé le sous-comité de la puissante House Armed Services Appropriations, qui a approuvé les contrats du Pentagone avec Blackwater. Blackwater, selon les dépositions de justice récentes à Alexandria, en Virginie, est accusé de gérer un camp de prostitution à Bagdad, utilisant aussi des enfants.

Les liens entre Blackwater et la CIA indiquent à présent que le service du Pentagone qui travaillait en étroite collaboration avec Langley dans des opérations paramilitaires d’assassinat était en grande partie composé d’agents de Blackwater sous contrat.

De nombreux membres du Congrès demandent une explication pour les contrats de la CIA avec Blackwater, mais avec Schakowsky faisant l’objet de chantage, il y a peu d’espoir que son sous-comité puisse se pencher sur les contrats entre la CIA et Blackwater/Xe, sans parler des opérations d’autres entités troubles du groupe Prince, y compris Presidential Airways, Greystone Ltd de la Barbade, Falcon, EP Investments, Xe Airship, Total Intelligence Solutions, et Raven Development Group.
.
Wayne Madsen
journaliste d’investigation de Washington-DC,
écrivain et éditorialiste et commentateur régulier sur Russia Today TV.